vivre sans smartphone
Lifestyle

Retour sur expĂ©rience sans smartphone đŸ“”

Bien le bonjour en cette période de confinement,

 

Comment allez-vous ? Aujourd’hui, et je sais que c’est trĂšs attendu, voici mon retour sur expĂ©rience sans smartphone. Voyons cela de plus prĂšs :

 

Les bienfaits de vivre sans smartphone

Bon, clairement c’est une vĂ©ritable libĂ©ration de se dĂ©tacher de cet Ă©cran noir. Moins de sollicitations permanentes avec les notifications, moins de temps gaspillĂ© (parce que quand on est addict on ouvre des applis, on refresh, on scroll, etc.). C’Ă©tait non seulement un stress en moins, et une reconnexion Ă©vidente Ă  l’instant prĂ©sent. Et pour vous dire, au dĂ©but j’avais encore cette manie de dĂ©verrouiller mon portable 4-5 fois en une heure pour voir si j’avais une notification. Ce toc passe avec le temps, et bon sang que c’est cool ! Ensuite, j’ai rĂ©-appris Ă  faire autrement. Sans GPS, j’ai fais travailler mes mĂ©ninges pour retenir la route et faire marcher mon sens de l’orientation. J’ai repris le temps de m’ennuyer dans les files ou salles d’attente. Je lisais beaucoup plus pour mon plus grand bonheur (avec tous les livres Ă  lire en attente). Pour conclure, ce que je retiens, c’est cette prĂ©sence dans l’instant prĂ©sent que je n’avais plus, et cette libĂ©ration. Par ailleurs, je vous invite vivement Ă  regarder ce documentaire.

 

Mais…

Bah oui voilĂ , y’a un « mais ». A mon grand regret, j’ai remarquĂ© que c’Ă©tait plus compliquĂ© que ça. DĂ©jĂ  en terme de matĂ©riel : j’ai du racheter un appareil photo, un mp3, et un GPS pour la voiture. Sauf que pour la musique j’ai un compte Spotify que je ne pouvais utiliser que sur ordinateur. J’avais une tablette que ma mĂšre m’avais prĂȘtĂ© pour pouvoir continuer de parler sur WhatsApp (tout le monde est dessus, c’est trĂšs contraignant de ne pas y ĂȘtre pour les groupes). L’appareil photo, je m’en suis jamais servie : aucun rĂ©flexe de le prendre avec moi quand je partais, et une galĂšre pour transfĂ©rer les photos Ă  son ordinateur, puis envoyer par mail pour les mettre sur les groupes WhatsApp… Pour continuer sur cette appli, les gens (malgrĂ© mon avertissement comme quoi il fallait m’Ă©crire par SMS), n’ont plus le rĂ©flexe d’Ă©crire des SMS. Donc si je n’Ă©tais pas chez moi, je ne recevais pas les notifications et donc pas les messages. Je vous raconte mĂȘme pas quand on m’Ă©crivait des Ă©moticĂŽnes, bah c’Ă©tait des carrĂ©s hein ! Et il valait mieux oublier les longs SMS : le clavier oĂč il faut taper 3x pour avoir un c, c’est fastidieux.

 

Conclusion de la vie sans smartphone

Le jour oĂč je suis montĂ©e Ă  Paris pour voir ma sƓur, j’ai repris mon smartphone. Le stress d’ĂȘtre dans une autre ville aussi grande sans connaĂźtre mon chemin, m’a tout de suite fait rĂ©flĂ©chir. Donc je l’ai rallumĂ©, Ă  mon grand dĂ©sarroi. Mais j’ai aussi compris que je devais vivre avec mon temps, et utiliser cette technologie (qui est quand mĂȘme bien cool), Ă  bon escient. Aujourd’hui, j’ai dĂ©sactivĂ© le notifications (sauf messages), je me donne des limites de temps, et suis en silencieux pour ne pas me perturber pendant mon travail. C’est difficile, mais c’est le meilleur compromis que j’ai pu trouver Ă  prĂ©sent. Et pour poursuivre mon militantisme et informer, je vais revenir sur instagram. Bah oui mais j’y peux rien si tout le monde est la dessus, croyez-moi, j’aurais prĂ©fĂ©rĂ© ne pas y revenir. Mais il faut faire avec, et mon envie d’informer, de militer, de partager mon savoir et connaissance prend le dessus. J’espĂšre que cet article vous apportera des rĂ©flexions, en tout cas je prĂ©vois de faire une formation en ligne avec tous les outils que je connais pour se dĂ©tacher au maximum de ces applications, entreprises, et mĂ©dias nocifs.

 

Et vous, ĂȘtes-vous accros Ă  votre smartphone ? Racontez-moi vos expĂ©riences en commentaires 🙂

Laisser un commentaire